immortel

immortel, elle [ imɔrtɛl ] adj. et n.
XIIIe; lat. immortalis
1Qui n'est pas sujet à la mort. L'Olympe, séjour des dieux immortels. N. Vx ou littér. Un immortel, une immortelle : un dieu, une déesse.
Âme immortelle. « Toute idée est, par elle-même, douée d'une vie immortelle » (Baudelaire).
2Qu'on suppose ne devoir jamais finir, que rien ne pourra détruire. éternel, impérissable. Un amour immortel.
3Qui survit et doit survivre éternellement dans la mémoire des hommes. L'immortel auteur de Don Quichotte. Gloire immortelle. Chef-d'œuvre immortel. Les immortels principes de 1789.
4 N. (surtout au plur.) Académicien, académicienne. « L'Immortel », roman d'A. Daudet.
⊗ CONTR. Mortel, périssable.

immortel nom masculin Fantassin perse du corps d'élite de l'armée achéménide. (Ce corps était composé de 10 000 hommes, ainsi nommés parce que les soldats morts étaient immédiatement remplacés.) ● immortel, immortelle adjectif (latin immortalis) Qui n'est pas sujet à la mort : Dieux immortels. Littéraire. Qu'on suppose sans fin, qu'on voudrait voir durer toujours : Espérer un bonheur immortel. Littéraire. Dont le souvenir est bien vivant et qui est assuré de durer dans la mémoire des hommes : Gloire immortelle.immortel, immortelle (citations) adjectif (latin immortalis) Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse Pointe-à-Pitre 1887-Giens, Var, 1975 Nous qui mourrons peut-être un jour disons l'homme immortel au foyer de l'instant. Amers, Note sur la thématique Gallimard Jorge Luis Borges Buenos Aires 1899-Genève 1986 La vie est trop pauvre pour ne pas être immortelle aussi. La vida es demasiado pobre para no ser también inmortal. Historia de la eternidad immortel, immortelle (synonymes) adjectif (latin immortalis) Qui n'est pas sujet à la mort
Synonymes :
- éternel
Contraires :
Littéraire. Qu'on suppose sans fin, qu'on voudrait voir durer toujours
Synonymes :
- inaltérable
- indéfectible
- perpétuel
Contraires :
- éphémère
- périssable
- précaire
Littéraire. Dont le souvenir est bien vivant et qui est assuré...
Synonymes :
- impérissable
- légendaire
- mémorable
immortel, immortelle nom Dieu, déesse, de l'Antiquité : L'Olympe, séjour des immortels. Familier. Membre de l'Académie française. ● immortel, immortelle (citations) nom Solon vers 640-vers 558 avant J.-C. En tous points la volonté des immortels est obscure pour les hommes. Élégies, XVII, 1 (traduction E. Bergougnan)

immortel, elle
adj. et n. m.
rI./r adj.
d1./d Qui n'est pas sujet à la mort. Les spiritualistes considèrent que l'âme est immortelle.
d2./d Impérissable. Une oeuvre immortelle.
d3./d Dont le souvenir ne s'effacera pas. Exemples immortels de courage.
rII./r n. m. pl. Divinités de l'Antiquité. L'Olympe, séjour des immortels.

IMMORTEL, -ELLE, adj.
A. — Qui n'est pas sujet à la mort.
1. [En parlant d'une divinité ou d'une pers. envisagée princ. dans sa nature physique] Dieux, êtres immortels. C'est une chose singulière que je ne puis craindre la mort de ceux qui me sont très chers ni la concevoir quand elle arrive; il me semble que ceux que j'aime sont immortels (MICHELET, Mémor., 1822, p. 216). Union avec Jésus, (...) indissolubles fiançailles avec un époux immortel (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. 162). Dionysos, (...) né de l'immortel Zeus et de la mortelle Sémélé (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 263) :
1. La première fois que j'ai songé à la mort comme à un événement auquel je n'échapperais pas, j'avais environ vingt ans (...). Jusque-là, comme tout être jeune à qui sourit la vie, je m'étais cru immortel, la mort étant pour les autres, pour tout le monde sauf moi.
GREEN, Journal, 1941, p. 160.
Emploi subst. Imaginez un peu l'état d'esprit d'un homme qui ne doit point mourir et qui le sait, un immortel dans un monde où tout passe. La certitude de survivre à tous ceux et à toutes celles qu'il aime doit lui inspirer le dégoût et l'épouvante de l'amour (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 119). Elle est divine (...). Elle semble une immortelle, que la faux du temps n'effleurera jamais; elle paraît aussi éternelle que la magnificence du firmament (...). Elle triomphe de la mort (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 446).
En partic., MYTH. ANTIQUE. Synon. de dieu, déesse. Les Immortels même, dieux et déesses, sont engendrés dans Jupiter (...); Jupiter immortel est mâle et femelle (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, 1797, p. 304).
2. [En parlant d'un principe spirituel] Les Anciens chercherent d'abord à établir en fait, qu'il existait dans l'homme, outre le corps mortel, un principe pensant qui était immortel; que ce principe, appelé ame, survivait au corps, quoique rien de tout cela n'ait jamais été prouvé (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 488). Des docteurs chinois (...) n'ont pas prétendu que l'ame fût immortelle par sa nature; mais ils ont imaginé qu'elle pouvoit (...) devenir même impérissable à force de vertus (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 177) :
2. On assure qu'elle [l'âme] existe parce que la matière ne peut penser... Qu'en sait-on? Comment l'a-t-on vérifié?... On a l'aplomb d'ajouter : l'âme est immortelle!... L'âme humaine, bien entendu... Mais, quand je demande qu'on le prouve, on me fournit des raisons qui démontrent tout aussi bien l'immortalité de l'âme du chien. Pourquoi l'une et pas l'autre? Parce que dans tout cela il n'y a que rêveries de poètes suggérées par l'horreur du néant.
CUREL, Nouv. Idole, 1899, II, 3, p. 200.
Vie immortelle. Synon. vie éternelle. Même si Dieu existait, (...) Ivan n'accepterait pas que cette vérité fût payée par le mal (...). Celui que la souffrance des enfants empêche d'accéder à la foi ne recevra donc pas la vie immortelle (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 77).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui ne meurt pas. L'immortel et l'infini ne nous sont sensibles que par l'âme (STAËL, Allemagne, t. 4, 1810, p. 105).
B. — P. ext. [En parlant d'une espèce animale ou végétale, d'un organisme ou d'éléments organiques] Qui se perpétue ou semble se perpétuer indéfiniment, à travers une succession ininterrompue d'organismes ou d'éléments semblables. Synon. perpétuel. Chaque homme est immortel dans l'humanité, et n'est immortel que par l'humanité et en elle (P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840, p. 501). Blé immortel, contemporain de toutes les générations (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 146). À la fin de toutes vos batailles, ce qui restera debout, c'est une race paysanne : invincible, immortelle, imputrescible, parce que naturelle (GIONO, Poids du ciel, 1938, p. 37) :
3. Un infusoire se divise périodiquement en deux individus égaux (...). Ce mode de reproduction par bipartitions successives peut, en théorie, se prolonger sans terme, en sorte qu'on est fondé à tenir l'infusoire pour potentiellement immortel. Il ne l'est que potentiellement, car, en fait, rien n'est plus fragile, plus sujet à mourir, que ces êtres microscopiques...
J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 109.
C. — P. hyperb.
1. Qui dure ou semble pouvoir durer tel quel pendant très longtemps.
a) [En parlant d'un inanimé concr.] Synon. incorruptible, indestructible, vivace. Mer immortelle. Le sourire immortel et fleuri du printemps (BANVILLE, Cariat., 1842, p. 170).Un magnifique houx (...), arbre vigoureux et immortel, (...) dont l'écorce toujours verte et les feuilles vernissées comme le cuir semblent survivre aux siècles (LAMART., Tailleur pierre, 1851, p. 409) :
4. Nous nous trouvons quelquefois misérables de voir autour de nous une nature immortelle, tandis que nous dépérissons chaque jour; si, au contraire, nous étions immortels, et que la nature vieillît et se dégradât sans se réparer, nous aurions raison de nous plaindre. Comment une vie éternelle pourrait-elle se soutenir par des jouissances caduques?
BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 177.
b) [En parlant d'un inanimé abstr.] Synon. constant, durable, indéfectible, invariable, permanent, persistant. Amour immortel; jeunesse immortelle. Cet état de terrible émotion où on se sent comme suspendu entre l'immortelle félicité et l'éternel désespoir (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 331). Les vraies, solides jusqu'à la mort et immortelles affections (GONCOURT, Journal, 1857, p. 332) :
5. Quelle ne faut-il pas que soit ma grâce et la force de ma grâce pour que cette petite espérance, vacillante au souffle du péché, tremblante à tous les vents, anxieuse au moindre souffle, soit aussi invariable, se tienne aussi fidèle, aussi droite, aussi pure; et invincible, et immortelle, et impossible à éteindre; [sic] que cette petite flamme du sanctuaire.
PÉGUY, Porche Myst., 1911, p. 173.
c) HIST. GR. Les Immortels. Corps d'élite servant à la garde du roi de Perse et composé d'un effectif immuable. Mais la garde (...) Marchait seule; et d'abord venaient les Immortels, Semblables aux lions secouant leurs crinières (HUGO, Légende, t. 3, 1877, p. 177).
2. Fam. et iron. Qui dure outre mesure, qui lasse par sa persistance excessive. Synon. sempiternel. Vêtu de cet immortel paletot noisette dont la solidité fait croire qu'il a été construit par les Romains (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 264). Toujours le vieux thème, la scie immortelle de l'incompatibilité de l'amour et de la richesse (ARNOUX, Rhône, 1944, p. 114).
D. — Au fig. Dont le souvenir survivra très longtemps dans la mémoire des hommes.
1. [En parlant d'une pers.] Synon. illustre, légendaire. Homme immortel; devenir immortel. Sophocle est immortel par ses tragédies. Les ignorants mêmes les connaissent (CONSTANT, Journaux, 1804, p. 73). Le manteau de Marengo, manteau glorieux sur lequel ont été plus tard exposés religieusement les restes mortels de l'immortel vainqueur (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 300) :
6. Dans quelle autre ville trouverez-vous sur un mur une inscription glorifiant la naissance d'un amour, comme celle d'un grand homme : Ici, Pétrarque conçut pour Laure un sublime amour qui les fit immortels... [it. ds le texte] et ne croyez pas qu'Avignon succombe sous le poids de l'histoire (...). Que de couples immortels dans les rues de cette ville de l'amour.
TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 49.
Emploi subst. La mode est aujourd'hui de jouer au grand homme, De se donner, vivant, les airs d'un immortel Et d'avoir comme un saint sa niche et son autel (BARBIER, Satires, 1865, p. 33).
En partic., au masc. [Parfois avec une majuscule] Membre de l'Académie française. Il ne faut pas (...), si vous avez les passions ardentes, épouser (...) un membre de l'académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et par-dessus tout, un immortel de l'académie des Quarante Fauteuils et du dictionnaire inextinguible (BOREL, Champavert, 1833, p. 72). Les (...) académiciens furent institués (...) pour fixer le bel usage (...). C'est l'unique soin des Immortels (A. FRANCE, Opinions J. Coignard, 1893, p. 189).
Rem. S'emploie actuellement au fém. Lettre à Mme Yourcenar, nouvelle Immortelle (...). Ainsi donc, dorénavant Immortelle au sens mineur, vous allez siéger près de nos autres Immortels déjà consacrés. Dont les écrits, eux, pour certains, ne le sont pas, c'est le moins que l'on puisse affirmer (Le Matin de Paris, 7 mars 1980, p. 32).
2. [En parlant d'un inanimé] Synon. célèbre, fameux, mémorable. Génie, gloire immortel(le); œuvre, ouvrage, page, pensée immortel(le); les immortels principes de la Révolution. Les plus désespérés sont les chants les plus beaux, Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots (MUSSET, Nuit mai, 1835, p. 66). Ces livres qui sont immortels : leur durée est celle de l'humanité même, qu'ils ne cessent pas d'intéresser, (...) parce qu'ils se rattachent à tout ce qu'il y a de pensées et d'affections immuables en elle (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 87) :
7. La science meurt; il n'y a que l'art qui soit immortel. Un grand savant fait oublier un autre grand savant; quant aux grands poëtes du passé, les grands poëtes du présent et de l'avenir ne peuvent que les égaler. Aristote est dépassé, Homère ne l'est pas.
HUGO, Rhin, 1842, p. 159.
Prononc. et Orth. : [im(m)]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1314 « qui n'entraîne pas la mort » plaies immortelz (H. DE MONDEVILLE, Chir., 1210 ds T.-L.). B. 1. a) ca 1330 « (d'une créature) qui n'est pas sujet à la mort » (G. DE DIGULLEVILLE, Vie hum., 5955, ibid.); 1578 subst. masc. myth. antique « dieu » (RONSARD, Ode à Phoebus, éd. P. Laumonnier, t. 17, 1, p. 57); b) av. 1525 « qui a une durée très longue » biens et tresors immortels (CRÉTIN, Complainte sur la mort de Bissipat, p. 59 ds HUG.); 1665 subst. fém. bot. [cette fleur se desséchant sans jamais se faner] (VALLOT, Hortus regius ds ROLL. Flore t. 7, p. 81); 1833 subst. masc. « membre de l'Académie française » [cf. Ac. 1935 ... en raison de l'inscription : A l'Immortalité que porte le sceau donné à l'Ac. par son fondateur le Cardinal de Richelieu] (BOREL, loc. cit.); 2. 1352-56 « qui demeure ds la mémoire des hommes » (BERSUIRE, fol. 12 ds LITTRÉ). A dér. de mortel; préf. in-1. B empr. au lat. class. immortalis « immortel (au plur. « les dieux »); impérissable, éternel ». Fréq. abs. littér. : 2 095. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 514, b) 3 238; XXe s. : a) 2 763, b) 1 659. Bbg. DELB. Matér. 1880, p. 173.

immortel, elle [i(m)mɔʀtɛl] adj. et n.
ÉTYM. Déb. XIVe; lat. immortalis, de im- (→ 1. In-), et mortalis (→ Mortel), de mors, mortis (→ Mort).
1 (Déb. XIVe). Qui n'est pas sujet à la mort. || Dieu, les anges, les démons sont conçus comme immortels. || L'Olympe était le séjour des dieux immortels. || Vénus, l'immortelle déesse (→ Fou, cit. 12). || Les hommes semblent parfois se croire immortels (→ Aujourd'hui, cit. 38).N. (1578, Ronsard). Vx ou littér. || Un immortel, une immortelle : un dieu, une déesse. || Les immortels se nourrissaient d'ambroisie (→ Apologue, cit. 3; autel, cit. 11).
1 (…) votre bouche était belle,
Votre front et vos mains dignes d'une Immortelle (…)
Ronsard, Pièces retranchées, Sonnet.
2 Nous craignons toutes choses comme mortels, et nous désirons toutes choses comme si nous étions immortels.
La Rochefoucauld, Maximes posthumes, 511.
3 Veuillent les Immortels, conducteurs de ma langue (…)
La Fontaine, Fables, XI, 7.
4 Si nous étions immortels, nous serions des êtres très misérables. Il est dur de mourir, sans doute; mais il est doux d'espérer qu'on ne vivra pas toujours et qu'une meilleure vie finira les peines de celle-ci.
Rousseau, Émile, II.
Âme (cit. 31) immortelle (→ Agenouiller, cit. 2; délivrer, cit. 13; guérir, cit. 28). || Vie immortelle. Éternel, futur.
5 (…) il importe à toute la vie de savoir si l'âme est mortelle ou immortelle.
Pascal, Pensées, III, 218.
6 (…) un être souverainement parfait (…) dont notre âme est (…) une portion, comme esprit et comme immortelle ?
La Bruyère, les Caractères, XVI, 1.
7 Je voudrais bien que l'âme de l'homme bon et infortuné lui survécût pour un bonheur immortel. Mais si l'idée de cette félicité céleste a quelque chose de céleste elle-même, cela ne prouve point qu'elle ne soit pas un rêve.
É. de Senancour, Oberman, XLIV.
8 La foi mène à la vie immortelle. Mais la foi suppose l'acceptation du mystère et du mal, la résignation à l'injustice. Celui que la souffrance des enfants empêche d'accéder à la foi ne recevra donc pas la vie immortelle. Dans ces conditions, même si la vie immortelle existait, Ivan (Karamazov) la refuserait.
Camus, l'Homme révolté, p. 77.
Par métonymie. || Paix immortelle de l'âme (→ Attester, cit. 4). || Immortelle beauté se substituant à la beauté mortelle (→ Changer, cit. 2). || Immortelle et céleste voix (→ Conscience, cit. 14). || L'immortelle égide (cit. 1). || L'immortelle espérance (cit. 26).
9 Une immortelle main de sa perte est chargée.
Neptune me la doit (…)
Racine, Phèdre, IV, 4.
10 La plus magnifique, la plus triomphante, la plus glorieuse de nos œuvres éphémères n'est jamais que l'indigne contrefaçon, que le rayonnement éteint de la moindre de ses œuvres immortelles (de Dieu).
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, p. 46.
11 Toute idée est, par elle-même, douée d'une vie immortelle, comme une personne. Toute forme créée, même par l'homme, est immortelle.
Baudelaire, Journaux intimes, Mon cœur mis à nu, LXXX.
N. m. (1662, Bossuet). || L'immortel et le corruptible, le spirituel et le charnel (cit. 3).
2 (Av. 1525, Guillaume Crétin). Qu'on suppose ne devoir jamais finir, que rien ne pourra détruire ou entamer. Éternel, impérissable (cf. Braver le temps). || Un monument immortel. Durable. || Créer (cit. 5) des choses immortelles. || Amitié, nœuds immortels (→ Engager, cit. 14). || Un amour immortel (→ Fidèle, cit. 16; heureux, cit. 55).
12 Ma haine va mourir, que j'ai crue immortelle;
Elle est morte, et ce cœur devient sujet fidèle (…)
Corneille, Cinna, V, 3.
13 Mon cœur vous consacrait une flamme immortelle (…)
Molière, les Femmes savantes, I, 2.
14 L'un par l'autre entraînés, nous courons à l'autel
Nous jurer, malgré nous, un amour immortel.
Racine, Andromaque, IV, 5.
Par plaisanterie :
15 J'ai dit à M. de Pompone que vous étiez jalouse de l'immortelle vie de Monsieur d'Angers (il avait alors plus de 92 ans).
Mme de Sévigné, 1153, 21 mars 1689.
16 (…) j'osai, dans un accès de familiarité qui ne parut pas lui déplaire, m'écrier, en m'emparant d'une coupe pleine jusqu'au bord : À votre immortelle santé, vieux Bouc !
Baudelaire, le Spleen de Paris, XXIX.
N. m. pl. (1730). || Les Immortels, corps d'élite des anciens Perses.
17 Mais la garde, jamais mêlée à la cohue (…)Marchait seule. Et d'abord venaient les Immortels,Semblables aux lions secouant leurs crinières (…)
Hugo, la Légende des siècles, VI, I, Les trois cents, III.
3 (1352). Qui survit et doit survivre éternellement dans la mémoire des hommes. Célèbre, glorieux. || L'immortel auteur de Don Quichotte. || Byron, le barde (1. Barde, cit. 2) immortel. || Tartuffe, l'immortelle création de Molière. || Ouvrage, poèmes, chants (cit. 12) immortels. || Actions, exploits immortels (→ Gloire, cit. 37). || C'est une page, une réponse immortelle (→ Célèbre, cit. 7; empreinte, cit. 12). || Un nom, une gloire, un honneur immortels. || D'immortelle mémoire. || « Les immortels principes » de 1789.
18 Tu jouis, mon Ronsard, même durant ta vie,
De l'immortel honneur que tu as mérité (…)
Du Bellay, Regrets, XX.
19 (…) on trouve chez le même libraire l'impertinente déclamation (du Père Le Brun) contre nos spectacles, à côté des ouvrages immortels de Corneille, de Racine, de Molière (…)
Voltaire, Lettres philosophiques, XXIII.
20 Monsieur, d'après les immortels principes de 89, tous les hommes sont égaux en droits; donc je possède le droit de me mirer; avec plaisir ou déplaisir, cela ne regarde que ma conscience.
Baudelaire, le Spleen de Paris, XL.
4 N. (1833; à cause du sceau portant la formule « à l'immortalité », donné par Richelieu à l'Académie). || Un immortel, une immortelle : un académicien, une académicienne.(Parfois écrit avec la majuscule). || Les Immortels en séance (→ Fluxion, cit. 4). || L'Immortel, roman d'A. Daudet (1888).
21 Dans leur salle des réunions privées, devant la grande cheminée que surmonte le portrait en pied du cardinal de Richelieu, les immortels discutaient avant d'entrer en séance.
Alphonse Daudet, l'Immortel, p. 340.
22 Par un système de compensation, pour racheter la profondeur et le poids de l'éminent historien, l'Académie lui a tout de suite adjoint deux romancières d'un talent exquis. Après la lourdeur, nous avons la délicatesse, la finesse, je dirai même la ténuité ! Les journaux de modes se disputent les œuvres de ces deux immortelles, c'est tout dire.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 194.
REM. L'ouvrage est un roman d'anticipation (assez antiféministe) publié en 1892.
CONTR. Mortel, périssable.
DÉR. Immortaliser, immortelle, immortellement.
HOM. Immortelle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • immortel — immortel, elle (i mmor tèl, tè l ) adj. 1°   Qui n est point sujet à la mort. Les anges, les démons sont immortels. •   Servez ce roi immortel [Dieu] et si plein de miséricorde, qui vous comptera un soupir et un verre d eau donné en son nom plus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • immortel — Immortel, [immort]elle. adj. Qui n est point sujet à la mort. Dieu est tout puissant & immortel. les Anges sont immortels. les ames sont immortelles. les anciens Grecs & Romains appelloient leurs Dieux, les Dieux immortels. Il se dit fig. des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • immortel — Immortel, Immortalis, AEternus. Faire ou rendre immortel, Mandare aeternitati, vel immortalitati …   Thresor de la langue françoyse

  • Immortel(le) — er et fremmedord for en evighedsblomst eller eternel(le) …   Danske encyklopædi

  • Immortel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Immortel », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un immortel est un être doué d immortalité.… …   Wikipédia en Français

  • IMMORTEL — ELLE. adj. Qui n est point sujet à la mort. Dieu est immortel. Les anges sont immortels. L âme est immortelle. Les anciens appelaient leurs dieux, les Dieux immortels. Déesse immortelle.   Il se dit quelquefois, dans le style poétique, Des choses …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Immortel — (ad vitam)    Film d anticipation d Enki Bilal, d après ses albums, avec Linda Hardy, Thomas Kretschmann.   Pays: France   Date de sortie: 2004   Technique: Couleurs   Durée: 1 h 42    Résumé    Condamné à perdre son immortalité, le dieu Horus… …   Dictionnaire mondial des Films

  • immortel — im|mor|tel (el. immortelle) sb., len, ler, lerne (evighedsblomst) …   Dansk ordbog

  • Immortel Taoïste — série Taoïsme Courants Textes Personnalités Notions et pratiques Divinités …   Wikipédia en Français

  • Immortel, moi, jamais ! — Immortel, moi, jamais ! (Escape Clause) est le sixième épisode de la série télévisée La Quatrième Dimension. Il a été diffusé pour la première fois aux États Unis le 6 novembre 1959. Synopsis Walter Bedecker, est un hypocondriaque… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.